Le processus de dénonciation interne d’une entreprise est un mécanisme essentiel pour identifier et traiter les fautes professionnelles, les fraudes ou les violations de l’éthique. La législation sur la dénonciation établit des lignes directrices claires sur la manière dont les organisations doivent traiter les dénonciations et, dans ce cadre, les cadres supérieurs et les directeurs jouent un rôle clé dans l’enquête sur ces allégations.

Nous examinons ci-dessous les caractéristiques qui devraient guider tout cadre supérieur d’une entreprise en cas d’allégation de dénonciation interne :

Dispositif d'alerte gratuit

Logiciel de lancement d’alerte Trusty

Engagement et responsabilité

Les cadres supérieurs et les directeurs sont chargés de diriger et de superviser l’enquête sur les dénonciations internes dans une entreprise, en veillant à ce qu’elle soit menée de manière impartiale et transparente. Leur engagement en matière d’éthique et d’intégrité devient encore plus vital dans ce processus, car ils donnent le ton au sommet et modèlent le comportement attendu pour le reste de l’organisation.

Respect de la procédure d’enquête

La directive européenne sur les dénonciations souligne l’importance d’un processus structuré et efficace pour enquêter sur les dénonciations internes. Les cadres supérieurs et les directeurs doivent veiller à ce que des procédures claires soient mises en place pour recevoir, évaluer et traiter les plaintes de manière confidentielle. Cela implique la création d’une équipe d’enquête compétente et l’allocation adéquate de ressources (soit pour financer des plateformes spécifiques pour la gestion du canal de dénonciation, par exemple).

Protection des dénonciateurs

L’une des questions clés est la protection des dénonciateurs. Les cadres supérieurs et les directeurs doivent veiller à ce que des mesures soient mises en place pour protéger les dénonciateurs, en évitant les représailles et en garantissant leur anonymat dans la mesure du possible. La création d’un environnement sûr pour les dénonciations est essentielle pour favoriser la transparence et la responsabilité.

Collaboration avec les autorités compétentes

Dans les cas nécessitant l’intervention d’autorités extérieures, l’encadrement supérieur doit coopérer pleinement avec elles. La réglementation européenne en matière de dénonciation établit clairement la nécessité de coopérer avec les autorités compétentes, en veillant à ce que les informations pertinentes soient partagées en temps utile et de manière complète, et que ces informations ne parviennent pas à fuir à l’intérieur et à l’extérieur de l’entreprise.

Une communication transparente

Une communication transparente est essentielle tout au long de la procédure d’enquête. Les cadres supérieurs et les directeurs doivent informer les parties prenantes concernées de l’avancement de l’enquête sans en compromettre l’intégrité. Une communication efficace contribue à maintenir la confiance, tant en interne qu’en externe, et démontre l’engagement de l’entreprise en matière de responsabilité.

Mise en œuvre des mesures appropriées à l’affaire

Une fois l’enquête terminée, les cadres supérieurs et les directeurs doivent prendre des mesures correctives efficaces. Il peut s’agir de sanctions disciplinaires, de modifications des politiques internes ou même d’ajustements de la culture organisationnelle. Le règlement sur la dénonciation souligne la nécessité d’agir de manière proportionnée et équitable, en tenant compte des circonstances spécifiques de chaque cas.

Culture de conformité interne

Il incombe à la direction de l’entreprise de cultiver une culture de conformité permanente au sein de l’entreprise. Cela implique la mise en œuvre de programmes de formation, la révision périodique des politiques et la promotion des valeurs éthiques. Une solide culture de la conformité permet non seulement de prévenir les comportements répréhensibles, mais aussi de renforcer la résilience de l’organisation face à d’éventuels défis éthiques.

Obtenez notre logiciel gratuit de dénonciation